• 2016_05_17_site.jpg

31.05.19

Aujourd’hui, vivez une journée en opération extérieure au TCHAD avec un peloton blindé du 3e régiment de Hussards. Au programme : découverte de l’arme blindée et mission de renseignement dans la région d’ABECHE. 

Il était une fois l'arme blindée cavalerie (ABC) qui trouva ses racines dans l'histoire des troupes à cheval. Aujourd'hui l'ABC est l'arme des troupes motorisées et blindées de l'armée de Terre.

Les véhiculent changent, mais le savoir-être et le savoir-faire du cavalier demeurent. L’audace, l’intelligence de la situation, la vitesse d’exécution font parties du quotidien des cavaliers. Au cœur du combat interarmes, l'ABC réussit l'équilibre de la tradition et de la modernité…

REVEIL SOLDAT !!!

05h00 réveil

Les chefs d’engins récupèrent leurs équipages après un petit-déjeuner sur la base française d’ABECHE et commencent à parer leurs véhicules.

06h30 préparation de la mission 

Après perception de l’armement individuel et collectif, tous les équipages préparent leurs engins. Le capitaine donne ses derniers ordres au chef de peloton quant à la mission de renseignement. Pour aujourd’hui, il faut reconnaître un axe de contournement en montagne, sa praticabilité et les villages présents sur zone. Cela implique une prise de contact avec la population locale, d’où la nécessité d’amener avec nous un personnel de l’armée tchadienne qui servira d’interprète et de conseiller. Le chef de peloton donne alors ses ordres aux équipages, qui ont déjà constitué la rame à l’entrée du camp.

07h00 départ des éléments

Nous voilà partis : début du trajet en pleine ville d’ABECHE avant de rejoindre des paysages plus exotiques. Après quelques heures de route, nous arrivons au point d’éclatement : le début de l’axe à reconnaître. Deux ERC90 Sagaie (engin à roue, canon de 90mm) restent en soutien, tandis qu’une patrouille constituée de deux VLRA (véhicule léger de reconnaissance et d’appui) se dirige sur le chemin de montagne. Si ce type d’axe secondaire n’est pas des plus aisés à emprunter, il reste praticable. Nous faisons régulièrement des haltes afin de prendre les photos et les coordonnées. Le paysage est magnifique et change du sable ordinaire : les montagnes de cette région mélangent végétation et points de vue grandioses. De petits villages jalonnent notre itinéraire et la population semble étonnée de notre passage.

12h00 arrivée de la patrouille sur le village le plus important de la zone 

Après quelques détours et choix d’itinéraires, nous arrivons à l’entrée d’une petite agglomération. Notre but est maintenant de prendre contact avec l’un des chefs de tribus du lieu. Guidés par notre sous-officier tchadien et une ribambelle d’enfants, nous entrons dans une petite cour au sein de maisonnettes en chaume. Nous sommes accueillis couchés sur des tapis de nattes et avec des tasses de thé. La discussion commence ; certains fils du chef de tribus parlent français, ce qui facilite l’échange. Au bout d’une heure, nous connaissons un peu l’histoire de cette montagne, les axes à emprunter et leurs débouchés, la fréquence d’échanges avec les troupes françaises. C’est enfin sur des formules de politesse que se clôture l’entretien. La patrouille se reforme alors et nous prenons le chemin de retour.

17h00 retour à la base

Dès l’arrivée sur la base française, le peloton s’occupe des engins. Le chef de peloton se doit alors de rendre compte à son commandant d’unité des résultats de sa mission avant de se plonger dans un rapport informatique détaillé de sa journée.

18h30 dîner et mise en place de la garde 

La journée, pour nos hussards, n’est pas encore terminée. Après avoir repris des forces, ils doivent maintenant se préparer à monter la garde pour la nuit dans les postes d’observation de la base. Cette tâche se fera sous la houlette du sous-officier adjoint au peloton. Si la nuit est longue, chacun gardera en mémoire les belles images de la mission de la journée.

Pourquoi pas vous ?

L’armée de Terre recrute des cavaliers. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à prendre contact au CIRFA le plus proche de chez vous. Pour savoir où il est, cliquez ici